MOT POUR GAGNER DU TEMPS

À vous qui êtes inquiets de nous,

je me remets bien d’un accouchement qui me laisse moins meurtri le corps que le cœur. Prénom du conjoint et moi sommes demeurés très unis dans l’épreuve qui nous change à jamais. Il ne nous est actuellement pas possible d'aller vers vous ou de vous manifester notre reconnaissance pour chacune de vos attentions. Pardonnez nos maladresses: on a perdu pied et on réapprend à marcher un (très petit) pas à la fois.

Prénom de la maman

INVITATION À UNE CÉLÉBRATION

Alors qu'est survenu le date dernier le décès de notre fils/fille, prénom et nom, il nous importe de souligner avec vous le départ de notre bébé par une célébration en toute simplicité pour laquelle vous trouverez les informations nécessaires jointes ci-dessous.

Dans le désir de faire une place toute particulière aux enfants, nous invitons les parents à proposer à leur(s) enfant(s) d’apporter un petit toutou/jouet/message/bonbon (ne faites cependant pas d’achat spécial) que l’enfant pourra offrir au bébé lors de la cérémonie/inhumation.

Si vous désiriez poser un geste nous manifestant votre sympathie, nous vous encourageons à privilégier une donation à nom de l'organisation pour raison (coordonnées ou lien web).

Date de la célébration
Lieu et adresse exacte
Directions : carte
Horaire

Auteure, conférencière, enseignante

Marilou Bourassa

QUE DIRE POUR SENSIBILISER L'ENTOURAGE DES PARENTS ORPHELINS?

 

  • Que ce bébé est un vrai bébé peu importe le nombre de semaines vécues ;
  • Qu’ils ont le droit d’être guidés et référés aux bonnes ressources et ce dès le moment où la mauvaise nouvelle est annoncée ;
  • Qu’ils ont droit d’être accompagnés par des intervenants formés spécifiquement en deuil périnatal ;
  • Que les parents ont droit de vivre leur deuil dans toute son entièreté pour pouvoir retrouver le goût de vivre, d’avancer et d’avoir de nouveaux projets ;
  • Qu’il n’y a pas de gros deuils ni de petits deuils ;
  • Qu’il n’y a pas une bonne façon de vivre son deuil, ni un temps limite «pour en revenir» ;
  • Que les hommes et les femmes ont des stratégies d’adaptation différentes mais toutes aussi bonnes ;
  • Qu’il faut plus que 3-4 semaines pour vivre son deuil, pour défaire un à un tous les petits projets et moments de bonheur imaginés avec son bébé et se reconstruire un autre avenir sans lui ;
  • Que ce bébé fera toujours partie de leur famille, qu’il restera gravé dans leur cœur pour toute leur vie et qu’ils ne l’oublieront jamais ;
  • Que les parents ont besoin du soutien, de la compréhension et de la reconnaissance de leur bébé comme membre à part entière de leur famille ;
  • Que les parents apprécient une main tendue, un câlin, une carte de sympathies, un bouquet de fleurs, un repas tout préparé pour les jours plus difficiles émotivement, recevoir en cadeau un livre sur le deuil périnatal, un coup de téléphone, une visite, une présence enveloppante et surtout de pouvoir parler de leur bébé décédé, de montrer les photos et les souvenirs de leur bébé, les seuls qu’ils auront pour toute la vie ;
  • Qu’ils ont besoin qu’on mentionne le nom de leur bébé et qu’on se souvienne de lui par des attentions spéciales lors de dates ou de moments importants ;
  • Que vous ne causerez pas de peine à un parent endeuillé en lui parlant de son bébé, mais que vous lui ferez le plus beau des cadeaux en leur donnant l’espace pour déposer sa peine, parler, pleurer, raconter, rire et se souvenir. Que cela vaut mieux que le mutisme qui peut être perçu comme de l’indifférence ;
  • Que lorsqu’on ne sait pas quoi dire à un parent qui vient de perdre son bébé, des fois le silence ou un simple « Je suis vraiment désolée pour vous, je ne sais pas quoi dire » vaut beaucoup mieux qu’une phrase toute faite qui peut blesser ;
  • Que la grossesse suivante nécessite souvent un soutien tout aussi important ;
  • Que l’espoir renaît, qu’il est possible d’apprécier la vie à nouveau, qu’il faut juste leur donner le temps... 

COMMENT DIRE ?


ANNONCE À L'ENTOURAGE

Cher(s) voisin(s)/collègue(s)/amis,

Il nous coute de vous apprendre
le décès de notre fils/fille, prénom et nom, né le date dernier.

Dans les circonstances, ne prenez pas ombrage de notre réserve
que l’on souhaite de tout coeur de courte durée.
 
On dit que les pluies d’avril font les fleurs de mai.
Comme ni nos yeux ni avril n’ont manqué de pluie,
nos sourires refleuriront assurément.

Amicalement,

Prénoms des parents


DES PARENTS À L'ENTOURAGE

 Pour vous aider à annoncer ou exprimer la peine, faites de mes mots les vôtres s'ils trouvent en vous la bonne résonance. 

QUE DIRE ?

COMMENT DIRE ?

DE L'ENTOURAGE AUX PARENTS

Mots de Manon Cyr, infirmière clinicienne en deuil périnatal, co-auteure du livre Fausse couche vrai deuil et consultante pour la Fondation Portraits d’Étincelles 

QUE DIRE ?